Personnalités difficiles : comment travailler avec les rigides, les caractériels, les autoritaires, les irresponsables… ?

  • Partager via facebook
  • Partager via Twitter
  • Partager via LinkedIn

Interview de Frédéric Le Moullec, coach en gestion du stress et développement relationnel.

Il anime la formation « Travailler avec les personnalités difficiles ».

 

Travailler avec les personnalités difficiles : pourquoi est-ce un vrai sujet en entreprise ?

 

Comme dit la chanson, « on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille », mais on choisit encore moins son entourage professionnel. Si vous ajoutez à cela le contexte actuel de crise économique ainsi que la concurrence toujours plus dure que se livrent les entreprises depuis déjà une bonne vingtaine d’années dans une course effrénée aux résultats, qui a gagné désormais jusque et y compris les services publics, vous obtenez un climat de pression, qui instaure obligatoirement des tensions dans les relations. Chacun se défend comme il peut, et les plus réactifs forcément plus vivement que les autres.

 

Qu’entend-on justement par « personnalités difficiles » ? Quels sont les différents types de « personnalités difficiles » ?

 

En général, on parle de « personnalités difficiles » lorsque certains traits de comportements sont excessifs ou rigides, voire engendrent des souffrances pour soi et/ou pour autrui. Il faut bien comprendre qu’avoir une « personnalité difficile » est un signe de fragilité, qui traduit un déséquilibre. La personne se défend d’autant plus vivement qu’elle se sent en situation de danger. Mais mes connaissances et mon expérience me font dire que ce sont d’abord et avant tout, dans la plupart des cas, des personnalités qu’on a du mal soi-même à comprendre, étranges et étrangères, parfois à l’opposé de ce que nous sommes nous-mêmes ou qui ont des préoccupations très différentes. Justement parce que le sentiment de danger peut être très individuel. « Nous n’avons pas les mêmes valeurs ! », disait une publicité dans les années soixante-dix. Il faut être vigilant avec les catégorisations, mais comme il faut bien se repérer un tant soit peu, je dirais qu’il y a quatre grands types de « personnalités difficiles » :

-          celles qui sont peut-être excessives mais surtout antagonistes aux nôtres ;

-          celles qui sont en réalité simulées pour obtenir un bénéfice caché (pour échapper à certaines contraintes, autrement dit au stress – LEUR stress ! –) ;

-          celles qui ont du mal à se positionner dans les relations de groupe, en prenant trop ou pas assez de place au sein de ce groupe ;

-          celles, enfin, qui sont générées par un mode de fonctionnement – dérégulé – de l’organisation, le plus fréquent étant un mauvais équilibre entre les pouvoirs (« ce que j’ai le droit de faire ») et les responsabilités (« ce que je dois faire ») de chacun.

 

Si vous deviez donner 3 astuces pour mieux communiquer avec ce type de personnalité au quotidien…

 

Tout d’abord, ne pas vouloir faire changer frontalement une personnalité difficile : c’est peine perdue et cela ne peut aboutir qu’à une impasse, dans le meilleur des cas. Ensuite, apprendre à la connaître, repérer ce qui va permettre d’engager un vrai dialogue avec elle, autrement dit rechercher ses valeurs et « leur parler », trouver une zone de partage possible. Ces deux aspects sont essentiels. S’ils ne suffisent pas, c’est que nous avons trop d’intolérances, alors travaillons nos « allergies mentales », ce serait ma troisième proposition. Ou bien sauvons-vous ! Nous sommes peut-être face à un « harceleur professionnel » ! Cela existe aussi, malheureusement, même si je pense que c’est bien plus marginal qu’on ne le pense en général.

 

Auriez-vous une anecdote à nous raconter sur le sujet ?

 

Lorsque je travaillais en entreprise et que j’ai accédé à un certain niveau de responsabilités, j’étais régulièrement en colère contre mon patron. Je pestais en mon for intérieur, je trouvais qu’il était difficile de travailler avec lui et je n’arrivais pas à me faire entendre, ce qui bien sûr n’arrangeait rien. J’ai commencé à avoir des relations plus apaisées et constructives avec lui lorsque j’ai essayé de m’imaginer à sa place. Cela m’a permis de le comprendre de mieux en mieux et de mieux faire valoir, étrangement, mon point de vue, sans pour autant sortir de mon rôle. Je garde un excellent souvenir des dernières années passées à ses côtés.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

J’ai été manager et cadre dirigeant durant 14 ans au sein du Groupe Publicis et sportif de haut niveau pendant 7 ans. Je suis formé depuis 1996 à l’Approche Neurocognitive et Comportementale de l’Institut de Médecine Environnementale (IME). Praticien en psychothérapie, développement personnel et professionnel, je suis coach en management. Depuis 2003, j’interviens en entreprise auprès d’équipes et de managers sur différents thèmes : stress, travail en équipe, animation de projet, adaptation au changement, motivation, mauvaise foi… Par ailleurs, je suis co-auteur de  « Manager selon les personnalités » (Eyrolles, 2006).

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les articles du Mag des compétences