Communicationmanagement

Comment mettre en place une communication positive ?

La communication positive

Avoir à sa disposition des professionnels aux compétences avérées ne suffit pas toujours pour faire prospérer son entreprise. L’absence d’une communication positive et d’une bonne cohésion entre les dirigeants et les employés peut, en effet, rendre la vie au travail particulièrement oppressante. La sensation de mal-être et la baisse de motivation ne pourront qu’impacter négativement la productivité.

La communication positive, le fondement d’une entreprise florissante

Un bon manager est tenu de maîtriser les différentes techniques d’une communication positive, que ce soit avec ses employés ou sa clientèle, pour maintenir une atmosphère conviviale au sein de son entreprise et conserver sa notoriété. Communiquer de façon positive, c’est trouver les moyens de transmettre ses pensées de manière pacifique, sans risque de blesser son interlocuteur. L’intonation de la voix, l’émotion et même les gestes effectués avec les mains doivent être contrôlés. En revanche, les critiques, préjugés, propos insultants et dénigrants, ainsi que les tentatives de manipulation sont à éviter. L’objectif est d’avoir un échange constructif et fructueux avec ses collaborateurs. Chaque acteur doit avoir un sentiment d’appartenance au sein de l’équipe et le pouvoir d’émettre ses propositions.

Les impacts d’une communication positive en entreprise

Mettre en place une communication positive au travail constitue une stratégie efficace pour faire de ses collaborateurs des atouts, qui pourront booster le renom de son entreprise et la distinguer de la concurrence.

En plus de faciliter et d’améliorer les relations interpersonnelles, une bonne communication aide, en effet, à créer au sein de sa société un climat propice au développement personnel de chacun. L’objectif est de susciter chez ses collaborateurs un sentiment d’appartenance, qui leur donnera envie d’offrir le meilleur d’eux-mêmes et qui les rendra fiers de leurs positions au sein de l’établissement. Selon une étude Trade Press Services, 85% des salariés préfèrent travailler avec des dirigeants qui n’hésitent pas à leur mettre au courant des actualités de l’entreprise. La transparence est un véritable levier de performance. Chaque manager ne doit pas négliger la communication interne, qui permettra à ses employés de se tenir au courant de la vision de sa firme, ses buts et de ses valeurs.

Une communication de qualité contribue également au maintien d’un environnement sain pour le bien-être physique et mental de ses collaborateurs. Les résultats d’une enquête menée auprès de 350 responsables des ressources humaines en Hexagone ont révélé que pas moins de 79 % des salariés jugent important le bien-être en entreprise. Ces derniers se sentent plus motivés lorsque leurs chefs sont à leur écoute et font preuve de reconnaissance.

En améliorant son « image de marque employeur », le manager marque non seulement des points auprès de son personnel, mais attire, en prime, des candidatures qualifiées pour faire prospérer son entreprise.

Les éléments clés pour mettre en place une communication de qualité

Tous les dirigeants n’ont pas le don d’adopter une communication positive en entreprise. Suivre des formations peut être même indispensable pour maîtriser ses différentes techniques.

Quelques éléments clés doivent être pris en compte, pour réussir à communiquer de la bonne manière. Il est essentiel de définir à l’avance le but de la communication, pour mieux se concentrer sur le sujet et les problèmes à régler. Bien connaître le vocabulaire de chacun et choisir les phrases à utiliser, en formulant des demandes et non des exigences. À titre d’exemple, les verbes à l’impératif ou les phrases commençant par « vous devez » suscitent une résistance chez son interlocuteur. Par contre, les phrases qui débutent par « j’ai besoin de » permettent d’alimenter la discussion. L’utilisation d’un langage clair et précis évitera, par ailleurs, tout malentendu.

Bien communiquer, c’est également savoir être à l’écoute des autres. Il ne faut pas hésiter à demander l’avis de ses interlocuteurs, et alimenter les dialogues. De tels échanges permettent de renforcer efficacement la cohésion d’équipe. Il faudra, cependant, bien contrôler le langage corporel et l’intonation de la voix. Par exemple, hausser le ton de sa voix ou pointer quelqu’un du doigt peut, en fait, être interprété comme une forme de réprimande ou d’agression.

Les risques et conséquences d’une communication négative

La communication positive au travail est vitale pour le bon fonctionnement de son entreprise. Même des propos vagues suscitant des incompréhensions peuvent, en fait, avoir des retombées négatives sur soi et sa société.

En l’absence d’outils de mesure et de stratégies d’amélioration, une communication négative et maladroite risque d’engendrer de sérieux problèmes, tels que dégradation de son image de marque employeur et baisse du chiffre d’affaires. Ces conséquences sont souvent précédées de divers signes que chaque manager est tenu de comprendre. La crise de communication peut se traduire par la baisse de la productivité et le retard dans les différents projets. Une augmentation des taux d’absentéisme et de turnover est, en outre, constatée.

D’autres signes visibles à travers les comportements de ses salariés peuvent être également remarqués, tels que les conflits et les bruits de couloirs. La mise en place d’un système de veille informationnelle permanent demeure la seule manière d’anticiper les crises et de limiter les conséquences d’une communication négative. La propagation des rumeurs peut mener à la perte de confiance et de crédibilité envers ses collaborateurs et clients.

Les stratégies de coping pour contrôler la situation

Le coping se définit comme la manière dont un individu essaie de s’adapter face aux situations difficiles. Il s’agit d’un concept développé par Richard Lazarus en 1966 dans l’un de ses ouvrages.

Cette stratégie d’ajustement peut être adoptée pour gérer les conséquences d’une mauvaise communication au sein de son entreprise. Pour les situations contrôlables, le manager devra chercher à modifier la situation au lieu de se résigner, en essayant de trouver l’origine du problème et le régler. Les actions temporaires, qui visent à attirer l’attention de ses collaborateurs et clients, ne suffisent plus. Le manager doit se dévouer à la fois concrètement et continuellement. Ses actions et contributions doivent être tangibles et perpétuelles. La transparence a également une répercussion positive sur la crédibilité en temps de crise. Il faut privilégier la communication interne et nourrir des relations interpersonnelles positives avec ses collaborateurs.

L’adoption d’une communication assertive pour se faire entendre

La communication assertive, quant à elle, est la manière de faire connaître aux autres son point de vue sans les offusquer. Cette technique est surtout nécessaire pour gérer un conflit et se faire entendre quand le sujet de discussion est sensible. Son adoption permet d’éviter les disputes inutiles et de prévenir le stress au travail.

La démarche assertive repose sur quelques principes, tels que savoir donner ses opinions tout en respectant le point de vue de son interlocuteur. Cette approche de communication est le juste milieu entre la passivité et l’agressivité. Il est important d’avoir le courage de marquer son désaccord, sans toutefois heurter l’autre. S’effacer devant l’autre n’en est pas l’objectif, mais d’éviter les conflits.

Il n’est pas essentiel de vouloir changer la personnalité d’autrui et forcer les autres à respecter ses opinions. La technique de l’assertivité recommande plutôt l’amélioration de la manière dont on aborde le sujet. Le but est de trouver un accord qui sera avantageux pour les différentes parties.

Laisser un commentaire