Santé au travail et environnement de travail

Les risques psychosociaux en entreprise : 4 questions à Kevin Audureau, Consultant senior en matière de QVT / RPS chez Uside

Gérer son stress en entreprise

Les entreprises et les salariés ont dû évoluer vers de nouveaux modes de travail dans le contexte stressant de la crise sanitaire. Comment prévenir les risques psychosociaux et préserver le bien-être des salariés en entreprise dans ces conditions ? Kevin Audureau, Consultant senior en matière de QVT / RPS chez Uside, répond à nos questions.

Dans le contexte actuel, peut-on dire que les entreprises se préoccupent beaucoup plus qu’avant des RPS ?

Clairement. La crise sanitaire est longue et impacte fortement les personnes sur le plan psychologique. Nous sommes plus isolés du fait de la distanciation sociale et avons moins de loisirs. De plus, tout semble nous amener à croire qu’une crise économique risque d’émerger des suites de la crise sanitaire. Les plans sociaux risquent de se multiplier avec la fin progressive des aides d’État. La relance sera sans doute difficile dans beaucoup de secteurs d’activité. Que cela se produise ou non, on sait bien que ces contextes difficiles, avec de fortes incertitudes, vont toucher les salariés. Les entreprises l’ont bien compris et veulent l’anticiper ; ce qui explique les préoccupations fortes en matière de RPS. On constate aussi une mobilisation différente concernant les RPS. Aujourd’hui, les sujets relationnels prennent de l’ampleur. On parle de résilience collective, de résilience d’entreprise. Les « rencontres à la machine à café » ayant presque disparu, les salariés ont moins la possibilité de créer ces moments de rencontres informels. L’équilibre vie pro/vie perso est également remis en question avec le télétravail. Il est important de se poser et de prendre du recul : il est plus que probable que de nombreuses entreprises ne reviendront jamais à une organisation du travail en total présentiel, il est donc nécessaire de repenser toutes ces relations et concevoir un nouvel équilibre au sein des entreprises.

Comment une entreprise peut-elle profiter de cette « prise de conscience » et s’engager dans une culture de prévention dans le long terme ? Quels leviers identifiez-vous pour cette culture de prévention ?

Aujourd’hui, la nécessite de cartographier les ressentis est fondamentale. Au sein des entreprises, les niveaux de stress, de bien-être au travail doivent être mesurés. En parallèle, les collaborateurs doivent être mieux sensibilisés à ces phénomènes pour mieux y faire face.

Un autre dernier levier trop souvent négligé est celui de la professionnalisation des personnes au carrefour de toutes ces questions. Equipe RH, IRP… ce sont eux qui vont détecter les problèmes, orienter les personnes les plus en difficulté vers une prise en charge spécifique. Cette professionnalisation passe par de la formation mais aussi par des groupes d’échanges de pratiques, de co-développement : les retours d’expériences ont toute leur place dans cet objectif de montée en compétence. Aujourd’hui, de nombreux outils existent en matière de RPS mais il faut les faire gagner en rigueur. Il est indispensable de passer par des échelles psychométriques, basées sur des recherches scientifiques.

ANI de décembre 2020, Loi Prévention de la Sécurité au Travail… Au-delà des obligations légales, quels conseils donneriez-vous aux responsables pour accompagner au mieux leurs équipes dans la période actuelle ?

Les professionnels doivent s’outiller, donner des ressources aux collaborateurs et surtout ne pas oublier : au-delà des RPS, ils doivent se préoccuper avant tout de la qualité de vie au travail. Aller chercher de l’engagement, du bien-être : les salariés ont besoin de retrouver un nouvel équilibre au travail. Ça n’est pas simple, surtout dans des secteurs où les salariés ont connu pratiquement 1 an de chômage partiel. Il s’agit pour les dirigeants de remettre leurs équipes au travail tout en construisant ce nouvel équilibre. Évidemment, qui dit changement d’équilibre dit réticences. Pour les surmonter, le dialogue est indispensable : à quoi sert mon travail, qu’est-ce que je viens y chercher… sont autant de questions que l’on ne peut laisser sans réponse !

Au-delà des enjeux RPS, quels sont les principaux sujets, enjeux, problématiques pour lesquels les entreprises font appel au cabinet Uside ?

Au sein du cabinet Uside, nous sommes capables d’intervenir dans le cadre de fusions, de fermetures de sites, de plans de licenciement, de réorganisations ou de tout autre événement générateur de RPS. A chaque fois qu’une entreprise fait appel à nous, notre démarche ne se limite pas à la prévention des RPS, nous accompagnons les entreprises pour qu’elles enclenchent des dynamiques positives. Nous intervenons principalement à la demande de comités de direction, de DRH, de Directions des affaires sociales, CSE.

Notre engagement est à chaque fois de déployer et de mettre en œuvre les actions que nous recommandons, des mesures d’impact aux formations, accompagnements d’équipe. Nous sommes sollicités pour intervenir sur des crises collectives (tensions relationnelles, médiation…) mais aussi pour accompagner les personnes en difficultés (soutien psychologique, débordement, burn-out…).

Kévin Audureau, Consultant senior en matière de QVT / RPS, Uside

Laisser un commentaire