Dossier médical partagé
Autres domaines du droitProfessions juridiques et Droit social

Dossier médical partagé (DMP) : 3 évolutions majeures dans le secteur de la santé 

Dossier médical partagé

Pour améliorer la coordination entre les acteurs de santé et faciliter le suivi médical des patients, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès BUZIN, a promulgué la généralisation du DMP sur le territoire français fin 2018.

Quel est le rôle des professionnels de santé dans la mise en place du DMP ? Quels sont les bénéfices du DMP à travers le parcours de soins ?

Zoom sur 3 changements notables.

Un rôle de conseiller assuré par les professionnels de santé

Le DMP est un carnet de santé numérique gratuit qui permet de centraliser et sécuriser toutes les données de santé des patients.

Les professionnels de santé (médecin, pharmacien, infirmier…) ont donc un rôle essentiel à jouer en matière de présentation et de sensibilisation au DMP. Ce sont les mieux placés pour recueillir le consentement oral de leurs patients. En effet, à l’occasion d’une consultation, les professionnels de santé peuvent demander à leur patient (ou au représentant légal) l’autorisation d’accéder à leur DMP (ou de le créer).  Par soucis de confidentialité, le patient est notamment libre de choisir les professionnels de santé qui peuvent consulter leur DMP (accès total ou partiel) hormis le médecin traitant qui a d’office accès à toutes les données de santé.

De plus, les professionnels de santé contribuent également à la mise à jour du DMP en y ajoutant des informations utiles au suivi de santé de leur patientèle.

Vers l’amélioration de la qualité des soins

Le DMP favorise la gestion du parcours des soins avec la centralisation de toutes les données de santé des patients. En cas de première consultation ou d’urgence, ce dossier permet aux professionnels de santé de réagir rapidement et d’optimiser ainsi la prise en charge des patients. En effet en quelques clics, ces derniers ont la possibilité d’accéder à l’historique des consultations de leur patientèle (24 derniers mois) et évitent ainsi des interactions médicamenteuses ou la mise en place d’examens redondants. Le suivi médical est renforcé et plus efficient.

La lisibilité du parcours médical du patient et le dialogue entre les professionnels de santé en sont donc améliorés.

La coordination de tous les acteurs de la santé (ou presque)

Le DMP permet de renforcer le lien entre les différents acteurs de santé (ville /hôpital) puisque ces derniers sont mieux informés sur la santé de leurs patients notamment  pour ceux qui suivent un traitement sur le long terme : maladie chronique, maladie longue durée…

Seul bémol : les médecins du travail n’y ont pas accès. Pour rappel : un patient peut tout à fait s’opposer à ce que d’autres professionnels de santé consultent son DMP.  L’ouverture de ce dossier aux médecins du travail peut notamment améliorer le suivi des personnes.  Par exemple, le curriculum laboris, (histoire professionnelle du salarié) réalisé par les médecins du travail, a toute sa place dans le DMP. En effet, il est important de pouvoir également centraliser des informations sur les expositions professionnelles des salariés : amiante, produits chimiques, rayonnements ionisants… Les salariés qui sont exposés ponctuellement oublient parfois de le mentionner lors de consultations avec leur médecin traitant.

Une réflexion est actuellement en cours sur l’ouverture du DMP aux médecins du travail.

Laisser un commentaire