Santé au travail

Référent handicap : comment accompagner une personne en situation de handicap ?

Le référent handicap

A compter du 1er janvier 2019, la présence d’un référent handicap en entreprise est obligatoire, dès lors que l’effectif dépasse 250 salariés. Vous vous êtes porté volontaire, pour jouer ce rôle au sein de cette organisation. Voici quelques clés pour réussir vos missions.

Les personnes en situation de handicap, une population nombreuse mais peu visible

Karine GROS, auteur de « Professionnaliser le Référent Handicap : connaissances, compétences, savoir-être et savoir-faire  » et chargée d’une formation sur l’accompagnement du handicap dans le milieu professionnel à l’Université de Paris-Est Créteil (UPEC), souligne qu’en-dehors de toutes contraintes législatives, les entreprises doivent accompagner les salariés en situation de handicap. En effet, 1 Français sur 10 est en situation de handicap et 1 sur 6 vit une situation invalidante. De plus, 80% des handicaps ne sont pas innés. Nombre d’entre eux s’acquièrent donc au cours de la vie professionnelle.

Vous êtes surpris par le nombre élevé de personnes handicapées ? Cela n’est pas surprenant, puisque selon APF France Handicap, sur les 12 millions de Français en situation de handicap, 9 millions ont un handicap invisible. Les troubles sont alors divers : psychique, cognitif, crises d’épilepsie etc.

La prise en compte du handicap en entreprise

Dès le stade de la formation, le handicap en milieu professionnel est pris en compte. En effet, la présence d’un référent dans chaque Centre de Formation des Apprentis (CFA) est obligatoire. Il en est de même dans les organismes de formation qualifiés Qualiopi.

Depuis plusieurs années, de nombreuses entreprises publiques et privées ont nommé un collaborateur en charge de l’inclusion des handicapés. Ce collaborateur pouvait porter le nom de responsable handicap ou chargé de mission handicap. L’amendement Taquet de la loi Avenir Professionnel d’août 2018 est venu rendre obligatoire une telle nomination à compter de 2019. Cet amendement a été repris par l’article L5213-6-1 du Code du Travail.

Le rôle référent handicap, le flou législatif

La loi n’apporte aucune précision sur la nomination du référent. Dans les faits, l’employeur choisit une personne volontaire, souvent issue du service des ressources humaines. De même, la loi est floue, quant au rôle référent handicap. En effet, elle précise qu’il a un rôle d’information, d’orientation et d’accompagnement des salariés handicapés. La fiche de poste référent handicap se doit donc d’apporter des précisions complémentaires, afin de cerner son poste et lui offrir une légitimité vis-à-vis des autres services de l’entreprise. De plus, le rôle de référent est souvent exercé en complément d’une autre activité. La fiche de poste référent handicap doit alors prévoir le temps consacré à cette mission.

Si vous venez d’être nommé référent handicap, pourquoi ne pas commencer par réaliser un bilan qualitatif et quantitatif de la prise en compte du handicap dans l’entreprise ? Ce bilan va être l’occasion de vous faire connaitre par l’ensemble des salariés. Lors de ce bilan, vous allez rencontrer des collègues vivant une situation de handicap.

Les exemples de missions confiées par la fiche de poste référent handicap

La fonction première du référent est de permettre le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés, à l’aide d’actions ciblées et personnalisées. A ce titre, vous allez aider votre employeur à satisfaire à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés.

Cette mission n’est pas réalisée seul. En effet, le référent fait appel à de nombreuses bonnes volontés en interne. Vous allez ainsi travailler avec les organisations représentatives du personnel, notamment avec le Comité Social et Economique (CSE), ainsi qu’avec l’ensemble des services de votre entreprise. A titre d’exemple, vous allez conseiller les achats, afin que le matériel colle aux besoins du salarié handicapé. Le rôle référent handicap consiste également à sensibiliser l’ensemble des collaborateurs, et particulièrement les managers, à la nécessité d’être une entreprise inclusive.

Pour mener à bien vos missions, vous allez également vous appuyer sur des interlocuteurs internes, comme la DRH, mais également sur des spécialistes externes, comme Cap Emploi un Organisme de Placement Spécialisé (OPS) ou la Maison Départementale des Personnes Handicapés (MDPH). Par ailleurs, l’Agefiph anime dans toutes les régions, y compris dans celles d’Outre-Mer, un Réseau Référent Handicap (RRH). Ce réseau est ouvert à tous les référents, quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise ou sa taille.

La formation référent handicap, pour développer son savoir-faire et son savoir-être

Le rôle référent handicap est étendu et nécessite de faire appel à des compétences transverses. Ces compétences ont besoin d’être développées dans le cadre d’une formation référent handicap de quelques jours.

Pour mener à bien sa mission, le référent a, tout d’abord, besoin de bien maitriser le cadre législatif du handicap au travail et de connaitre les Bénéficiaires de l’Obligation d’Emploi (BOE), une notion introduite par la loi de 2005. Une formation référent handicap va également donner les clés pour développer une culture inclusive en matière de handicap. Le référent va ainsi connaitre le rôle de chacun de ses interlocuteurs : médecin du travail, CSE, association Objectif Emploi des Travailleurs Handicapés (OETH) etc. En plus d’un aspect théorique, une formation pour référent comprend un aspect pratique. Ainsi, le chargé de mission handicap va étudier un cas et trouver des solutions, pour maintenir le travailleur handicapé dans son emploi.

Laisser un commentaire