Transformation digitale
Digital

Le digital accélère l’évolution des métiers

Transformation digitale

Le digital et le multicanal bousculent les organisations des entreprises. Hyper-connectés avec leurs écrans, plus de 2 français sur 3 se connectent tous les jours au web* et multiplient de nouvelles expériences d’achats.

Ces comportements précipitent la transformation des entreprises qui intègrent à vive allure les outils du digital et recrutent des talents pour de nouveaux métiers. Ceux de l’informatique et du marketing digital sont particulièrement concernés. Mais le digital bouleverse tous les métiers. Et le rythme va encore s’accélérer.

L’explosion des métiers du numérique et du marketing digital

Les entreprises du secteur numérique comme les entreprises traditionnelles se digitalisent et recrutent massivement dans les domaines de l’informatique et du marketing digital. Florilège de ces nouveaux métiers :
L’expert en cyber sécurité qui joue un rôle stratégique dans cette guerre à la digitalisation des organisations est particulièrement convoité. Il assure la protection informatique de l’entreprise, analyse et traite les menaces d’intrusion, effectue une veille des nouvelles technologies et suit l’évolution des réglementations digitales.
Le recrutement de web evangelist s’accentue également car c’est lui qui assure le prosélytisme de la marque et collabore à la fois avec les équipes marketing, commerciales et les annonceurs. Non moins important, le traffic manager optimiste les leviers d’acquisition de trafic web pour générer du trafic et du chiffre d’affaires.
Certains métiers stratégiques sont mêmes parfois décomposés. Et nous n’en sommes qu’au début de ce phénomène. C’est le cas du métier de data scientist souvent ventilé en trois métiers : le data miner qui récolte et analyse les données, le data analyst qui administre et crée les bases de données et le data scientist qui interprète les données. Le designer web est également scindé en deux métiers : le designer UI qui conçoit l’interface utilisateur alors que le designer UX crée le design de l’expérience utilisateur pour introduire le storytelling, susciter les émotions des internautes et déclencher les achats.
L’intégrateur web, le community manager, le data protection officer, le digital brand manager, le data analyst marketing, etc. sont autant de métiers nouveaux propulsés par le digital.

La révolution digitale transforme également les métiers traditionnels

Grâce aux nouvelles technologies, les opérations de base sans forte valeur ajoutée sont entièrement automatisées ou sur le point de l’être. A cela s’ajoute la nécessité d’imposer une approche transversale. Le temps des métiers avec des activités bien définies en « silos » sur un seul canal de distribution est révolu.
Dans le secteur bancaire, le digital qui facilite la gestion en ligne par les clients de leurs comptes a entraîné une baisse de la fréquentation en agence. Déchargé des opérations de base réalisées au guichet, le conseiller doit désormais accompagner ses clients dans un parcours de vie et proposer une expérience omni-canal. Cela implique d’acquérir des compétences clés liées à la maîtrise des technologies, d’avoir une connaissance étendue des offres de la banque et des différents profils de ses clients. Satisfaire les attentes des clients devenus exigeants implique d’acquérir de nouvelles compétences.

Le digital bouleverse les relations des banques avec leurs clients. C’est également le cas dans les autres secteurs d’activités. Si l’évolution des métiers du numérique est plus forte que dans d’autres domaines, tous les secteurs d’activités sont ou seront prochainement fortement impactés par le digital car il facilite le déploiement rapide des nouvelles technologies.

L’impact du digital sur les métiers ne fait que débuter. Une étude de Dell et de l’institut pour le futur prévoit que 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. La mutation actuelle des métiers va encore s’accélérer.

Intégrer les nouvelles technologies et les outils digitaux sont des enjeux majeurs pour la survie de l’entreprise. L’enjeu principal du salarié est de se former pour s’adapter aux évolutions de son métier et conserver son employabilité. Les tensions croissantes sur le recrutement de compétences rares vont inciter les services RH à faire monter en compétences les ressources internes sur les compétences transversales utiles à leurs organisations.

Dans cette nouvelle ère du digital, les métiers RH ont un rôle majeur à jouer : très vite convaincre à la fois la direction de mettre en œuvre des parcours de compétences ambitieux et les salariés de la nécessité de se former au socle des compétences transversales.

Stéphan Ghys
* Source : étude Médiamétrie 2017

Découvrez notre catalogue « Réussir sa transformation digitale »

Laisser un commentaire