Santé au travail - QVT

Bien-être des salariés #2 : Nos 4 conseils à suivre

Ergonomie au travail

Souffrez-vous d’un mal de dos récurrent, de problèmes de cervicales ou encore d’articulations douloureuses ? Selon le site Santé Publique France, les troubles musculo-squelettiques ou TMS engendrent la majorité des maladies professionnelles indemnisées en France, soit 44 492 cas en 2019.

Par ailleurs, la pandémie de covid-19 et les confinements successifs ont marqué l’avènement du télétravail. Ce phénomène a encore accentué la sédentarisation, un fléau déjà fortement répandu dans les sociétés occidentales. La France ne fait pas figure d’exception : ainsi, le journal Le Monde du 15 février 2022 titre : « 95 % de la population en France manque d’activité physique et reste assise trop longtemps ».

Sans surprise, le principal responsable serait le temps consacré aux écrans… Celui-ci a bondi de 20 % en 2020, d’après Les Echos du 15 juillet 2021. Les Français passent leur temps de travail et une grande partie de leurs loisirs face aux ordinateurs, tablettes et smartphones. Ils les utilisent également pour commander sur les sites marchands, assurant ainsi la logistique quotidienne, l’achat d’objets pour la maison, les cadeaux, etc.

Outre les risques liés aux TMS, la sédentarité augmente considérablement le développement des maladies cardio-vasculaires qui représentent la première cause de mortalité dans le monde et la deuxième en France après les cancers, selon le Ministères des Solidarités et de la Santé.

Face à cette autre pandémie, il existe une seule solution : la prévention. Découvrez nos 4 meilleurs conseils pour assurer le bien-être au travail en améliorant l’ergonomie au quotidien.

Conseil N° 1 : se former sur l’ergonomie

Il existe une formation ergonomie au travail dispensée par des organismes agréés dont la liste est disponible auprès des Comités Sociaux et Économiques (CSE) des entreprises. En effet, les représentants du personnel bénéficient d’un budget annuel consacré à des sujets clefs tels que la santé, l’hygiène et la sécurité, qui incluent le thème Ergonomie et bien-être au travail.

La formation posture au travail fournit le cadre légal de l’ergonomie : tout employeur est censé connaître et mettre en place les obligations liées à l’ergonomie au sein de son entreprise, notamment en adaptant les postes de travail. Ceux-ci doivent répondre à des normes bien précises en termes de hauteur, longueur, espacement, orientation, lumière naturelle, etc.

L’idéal est de se faire conseiller par un expert en fengshui pour réorganiser les bureaux. Au-delà de l’ergonomie classique, cet art japonais ancestral s’inscrit dans la recherche de l’épure et du zen. Il permet d’améliorer le bien-être au travail mais aussi la productivité et la santé en utilisant les points cardinaux pour débloquer la circulation de l’énergie. L’installation d’une petite fontaine perpétuelle sur le lieu de travail permet également de réduire le stress et de prévenir les risques psycho-sociaux.

Conseil N° 2 : promouvoir l’ergonomie au travail

Pour sensibiliser les salariés à l’ergonomie, les entreprises peuvent proposer des sessions récurrentes de formation ergonomie au travail en présentiel ou en distanciel. La mise en place d’un apprentissage obligatoire par e-learning avec un quiz de validation des connaissances permet de consolider les connaissances et les pratiques des salariés sur le thème Ergonomie et bien-être au travail.

Les employeurs doivent également rappeler à leurs salariés les gestes basiques qui permettent de réduire le risque de TMS :

  • Faire des pauses toutes les demi-heures
  • Passer ses appels téléphoniques en marchant
  • Effectuer des étirements réguliers
  • Alterner la station assise et debout
  • Ne pas porter de poids à bout de bras
  • Faire du sport y compris sur le lieu de travail

La formation posture au travail est fondamentale : quand on est assis, l’alignement du dos, des jambes et des pieds doit être parfaitement à angle droit. Sinon, on risque l’affaissement et le développement de scolioses. Les yeux doivent regarder en face de l’écran et légèrement en hauteur pour soulager les cervicales : c’est pourquoi il faut toujours privilégier, dans la mesure du possible, l’utilisation d’ordinateurs fixes plutôt que portables.

Conseil N° 3 : diffuser et faire appliquer les bonnes pratiques de la Formation ergonomie

Pour s’assurer de la mise en place efficace des mesures d’ergonomie, les entreprises doivent fournir à leurs employés des accessoires agréés tels que :

  • Des tapis de souris ergonomiques pourvus de coussins en silicone pour reposer le poignet et limiter le risque de syndrome du canal carpien ainsi que l’apparition de cals
  • Des casques audio sans fil pour faciliter le déroulement des appels téléphoniques en évitant les mauvaises positions qui abîment les cervicales
  • Du mobilier de bureau adapté ainsi qu’un repose-pieds qui garantit la position idéale à angle droit.

Conseil N° 4 : proposer des aides aux salariés en télétravail

Lors de la généralisation du télétravail, les salariés ont constaté qu’ils ne disposaient pas toujours d’un endroit dédié dans leur logement et que leur mobilier n’était pas suffisamment confortable ni ergonomique pour travailler des journées entières dans des conditions optimales.

Les entreprises peuvent débloquer des budgets spécifiques pour aider les salariés à se procurer les meubles et accessoires nécessaires. En cas d’impossibilité de télétravailler, les salariés doivent demander une indemnisation leur permettant de se rendre dans des structures de co-working qui répondent d’office aux critères d’ergonomie.

Dans tous les cas, les entreprises doivent proposer un appui financier. Celui-ci peut également comprendre le prix des forfaits Internet, téléphone, etc.

En conclusion, le bien-être de vos salariés repose sur le respect de principes simples. Afin de les ancrer dans la culture d’entreprise, il convient de les diffuser par le biais d’une charte, d’affichages, de sessions de formation ergonomie et de sondages réguliers. Cela peut également faire l’objet d’une partie de l’entretien annuel. Des salariés qui travaillent dans de bonnes conditions sont d’autant plus engagés, productifs et fidélisés pour les années à venir.

Découvrez aussi notre article : Bien-être des salariés #1 : où s’arrête la responsabilité des entreprises ?

Laisser un commentaire