Formation professionnelle

VERSPIEREN : valoriser l’expertise métier et les acteurs de la formation interne

La formation interne

Confronté à une certaine déperdition de ses savoirs et expertises les plus pointus, le courtier en assurances Verspieren a mis en œuvre une formation en partenariat avec Comundi entre mai et juillet 2021. Objectif : valoriser ses experts métier et faire d’eux des formateurs internes auprès de ses 1100 collaborateurs.

Formaliser un réseau interne

Partant du constat que ses pratiques de formation interne étaient nombreuses mais déstructurées, Verspieren a décidé d’agir : en formalisant son réseau de formateurs internes, composé d’experts métier et en développant des outils de pédagogie permettant de mieux encore valoriser la transmission des expertises.

Fédérer une communauté

L’enjeu pour le courtier en assurances est donc aussi de faire vivre cette communauté de formateurs pour pérenniser cette démarche. Pour cela, il a pu bénéficier de l’accompagnement de Comundi. Déjà présent pour l’enseignement de la pédagogie et des méthodes, ses équipes ont su s’adapter en intégrant l’animation de la communauté au projet initial de formation.

Discussion avec Niémé Bernard-Achi, gestionnaire RH, Nathalie Nobyn, responsable du développement des compétences, au sein du groupe Verspieren et Christelle Riccobene, responsable du projet chez Comundi.

Comment est née l’idée de constituer un réseau de formateurs internes ?

Nathalie Nobyn : Nous avons fait le constat que nous avions des experts métier au sein de l’entreprise, mais que nous n’arrivions pas à préserver nos savoirs, pourtant très pointus, puisqu’ils portent pour beaucoup sur des métiers de niche. Notre volonté était donc de structurer la formation interne pour les pérenniser et mettre en avant l’expertise de nos experts métier.

Niémé Bernard-Achi : Nous aurions aussi pu penser au tutorat ou à l’AFEST (Action de formation en situation de travail), mais l’idée était de tout recentrer autour d’un réseau de formateurs internes composé de ces experts métier, pour les fédérer autour d’un objectif commun et qu’ils échangent et partagent les usages et bonnes pratiques.

N. N. : Nos experts métier formaient déjà auparavant, mais ces formations avaient lieu sans être structurées ou sans que le service de formation et de développement des compétences ne soit informé. Nous avons voulu valoriser ces pratiques et faire en sorte que tous aient la même approche pour parvenir à les fluidifier.

NOTRE OBJECTIF ÉTAIT DE PROFESSIONNALISER NOS COLLABORATEURS, LES FORMER AUX OUTILS PÉDAGOGIQUES ET VALORISER LA FORMATION.

Comment avez-vous engagé ce travail ?

N. B-A. : Nous avons commencé par un état des lieux de la formation interne et identifié des axes de travail et des étapes pour la structurer. Il s’agissait d’une part de formaliser la formation interne avec une charte et une lettre d’engagement des formateurs internes, qui officialisent et définissent leur fonction dans l’entreprise, d’autre part de sélectionner avec les managers la première promotion de formation de 11 formateurs internes.

Pourquoi avoir choisi Comundi ?

N. B-A. : Notre objectif était de professionnaliser nos collaborateurs, les former aux outils pédagogiques, et aussi, valoriser la formation en leur offrant la possibilité de passer une certification professionnelle. Comundi a été en mesure de proposer une formation de 4 jours avec certification CCE (Certificat de Compétences en Entreprise), quand la plupart des formations de formateurs durent une dizaine de jours.

N. N. : La force de Comundi a aussi été d’aller au-delà de l’objectif fixé. Ils ont compris la globalité du projet et que nous souhaitions établir une communauté de formateurs. Ils nous ont proposé des pistes pour l’animer, alors que le cahier des charges ne portait à la base que sur la pédagogie et les méthodes.

Christelle Riccobene : Nous nous attachons effectivement à avoir une vision de conseil pour accompagner nos partenaires dans une démarche globale, et pas uniquement sur la partie formation. Et puis, nous avons travaillé en co-construction permanente, car dès le départ, Verspieren était très investi. C’est ce qui a fait le succès de ce projet.

NOUS AVONS TRAVAILLÉ EN COCONSTRUCTION, CAR DÈS LE DÉPART, VERSPIEREN ÉTAIT TRÈS INVESTI

Comment la formation s’est-elle matérialisée ?

C. R : Tout d’abord par un questionnaire pour savoir où en étaient les apprenants. Ensuite, nous avons compartimenté la formation en quatre grandes étapes (Je prends conscience, Je m’entraîne, J’innove, J’applique). Notre pédagogie s’articule autour d’apports du formateur, d’échanges, d’interactions et de jeux, basés sur les jeux-cadres de Thiagi, une référence en formation. Ce qui fait aussi le succès de la formation est son application quasi instantanée, puisque les participants travaillent sur des cas réels, et son format court, qui permet d’obtenir une certification en 4 jours.

N. N. : Proposer une formation en présentiel devait permettre de garder cet esprit de communauté. Mais la crise sanitaire est survenue. Heureusement, Comundi s’est adapté en proposant des classes virtuelles en demi-journées, un format pratique dans nos métiers où les collaborateurs sont très sollicités.

Comment mesurer la réussite de ce projet et le pérenniser ?

N. B-A. : Les critères de réussite pour les formateurs sont opérationnels, donc rapidement visibles. À moyen terme, un critère significatif serait que le nombre de formations internes chez Verspieren augmente. Et à long terme, qu’il y ait une structure posée, où chaque collaborateur sache qui est son interlocuteur en matière de formation et de développement des compétences, et que nous travaillions de concert avec les experts métier, les formateurs internes et les tuteurs pour la mise en place d’actions pédagogiques. Je souhaiterais aussi que la communauté de formateurs ne se limite pas aux experts métier et aux formateurs internes, mais qu’elle intègre les tuteurs d’alternants ou de collaborateurs et les accompagnateurs AFEST, toujours en collaboration avec les managers.

Quelles solutions propose Comundi sur ce dernier point ?

C. R : La méthode reste la même en accompagnant à la fois sur la formation et sur le conseil, d’être dans une posture d’amélioration permanente, d’apporter de nouvelles contributions et techniques, de nouveaux outils, etc. C’est notre mission de nous nourrir des retours d’expérience pour avancer sur de nouveaux sujets ou de nouvelles façons de faire.

Retrouvez cette interview et bien d’autres en téléchargeant le Mag des Compétences n°4.

Laisser un commentaire