Mobilité_métiers
CompétencesGestion des ressources humainesMétiers

Les domaines dans lesquels on change le plus de métier

Mobilité_métiers

Une personne sur cinq a changé de métier entre 2010 et 2015. La mobilité concerne surtout les jeunes employés dans l'électricité-électronique, l'artisanat ou le commerce.

Plutôt jeune, employé dans l’électronique, l’artisanat ou le commerce, souvent en intérim ou en CDD, avec – à l’arrivée – une ascension sociale ou de meilleures conditions de travail : c’est le portrait-robot des 22 % de personnes qui ont changé de métier entre 2010 et 2015 tel qu’il ressort d’une enquête inédite du ministère du Travail. Un pourcentage assez élevé compte tenu de la grille d’analyse retenue, même si les résultats ne permettent pas de dessiner une tendance, faute de précédent.

Précisément, l’étude porte sur un échantillon de 14 millions de personnes, âgées de 20 à 50 ans, toutes en emploi en 2010 et qui l’étaient encore cinq ans plus tard. Le référentiel retenu porte sur 22 familles professionnelles (notion différente du secteur d’activité), déclinés en 87 métiers.

Les femmes, plus mobiles…

Il en ressort que les 20-29 ans en 2010 ont changé deux fois plus souvent de métier que les 40-50 ans. Ce peut être notamment l’opportunité d’un rattrapage après un premier poste dont les qualifications requises sont inférieures à celles de la personne. Autre donnée, les femmes, parce qu’elles sont plus souvent en sous-emploi, sont plus mobiles. De même que les non qualifiés, tous sexes confondus.

En tête des domaines pour lesquels l’enquête a relevé le plus de mobilité – vers un autre métier ou un autre domaine – figurent l’électricité-électronique : au moins trois personnes sur dix. Leurs compétences (câblage, contrôle…) sont « facilement transférables » et ont trouvé preneur dans la maintenance, le BTP, ou encore la mécanique.

… les artisans aussi

L’artisanat, qui compte nombre d’indépendants, a vu un tiers de ses employés bouger, fréquemment vers les services aux particuliers ou aux collectivités, le commerce ou les industries de process. Le commerce aussi a connu une forte mobilité de ses troupes.

Il y a ceux qui bougent, et ceux qui… restent. Les changements de métier sont les plus rares dans l’éducation, la santé, l’administration, le juridique, l’armée ou la police, mais aussi l’agriculture ou la pêche. A cela deux raisons : l’accès par concours ou réglementé à nombre des métiers concernés et la part élevée de fonctionnaires qui les occupent.

Alain Ruello

Laisser un commentaire