Enquête_Réforme_Formation
CompétencesFormation

Responsables formation : que pensent-ils de la réforme ?

Enquête_Réforme_Formation

D’après notre sondage récemment réalisé auprès de responsables formation, 9 % seulement ont accueilli avec enthousiasme la réforme de la formation professionnelle.

Alimentation du compte personnel de formation (CPF) non plus en heures mais en euros, disparition du CIF, labellisation des organismes de formation, mise en place d’un conseil en évolution professionnelle… La réforme de la formation professionnelle, censée « clarifier » un système qualifié d’« opaque, inégalitaire et inefficace » par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, ouvre le champ des possibles, tout en amenant son lot d’interrogations. Ces questions et ces doutes sur les impacts de la réforme au sein des entreprises, nous avons voulu les identifier via un sondage déployé auprès des responsables formation.

Peu d’enthousiasme auprès des responsables formation

Sans surprise, seulement 9 % des sondés ont accueilli la réforme avec enthousiasme ! Car beaucoup (46 %) s’attendent à une réduction du budget consacré par les entreprises à la formation ou à un risque de déconnexion entre les demandes formulées par les salariés et les besoins de leurs employeurs (45 %). Sur ce point, la réforme introduit, en effet, deux nouveautés qui seraient susceptibles d’entamer la maîtrise des ressources humaines sur l’utilisation des heures et du financement du CPF par les salariés. La conception d’une application mobile CPF, tout d’abord, permettant aux salariés d’identifier rapidement les formations certifiantes géographiquement proches d’eux, de s’y inscrire et, même, d’effectuer des règlements. Mais également, la création dans chaque région d’un conseil en évolution professionnelle, chargé d’accompagner les salariés dans leurs démarches de formation, en lieu et place de leur responsable formation en interne…

Aussi, pour s’assurer que le CPF sera utilisé par les collaborateurs pour consolider leurs compétences professionnelles ou favoriser leur mobilité, 25 % des responsables formation interrogés pensent mener une politique pro CPF. Par quels moyens ? 30 % projettent d’organiser une réunion d’information, 40 % préfèreraient mettre en place un accompagnement personnalisé des salariés et 30 % envisagent de créer une brochure spécialement dédiée.

72 % des responsables formation pensent que leur poste va changer du fait de la réforme 

À la question de savoir quel impact la réforme pourrait avoir sur le poste de responsable formation, 72 % des interviewés pensent que celui-ci va effectivement changer. Pour une grande partie (57 %), leurs nouvelles fonctions les conduiront à devenir de vrais partenaires développement des compétences. 40 % estiment, par ailleurs, qu’ils devront développer une spécialisation en blended-learning. Plus d’un sondé sur trois suppose aussi qu’il entrera dans leurs missions de présenter le retour sur investissement de la formation à la Direction. Enfin, quand 25 % des interviewés, particulièrement inquiets, pensent que la réforme sonnera la disparition progressive de leur poste, d’autres (11 %), plus optimistes, s’attendent à ce qu’elle les décharge de tâches administratives.

Une réforme qui ne laisse donc pas indifférent. Et ce « Big Bang » qui paraissait moins ambitieux que prévu ne se fera toutefois pas sans une certaine effervescence !

Découvrez notre infographie « La Réforme de la formation vue par les responsables formation ».

Pour aller plus loin, découvrez la formation : Réforme 2018 de la formation professionnelle
1 journée pour comprendre et anticiper les impacts de la nouvelle réglementation

 

 

 

 

Laisser un commentaire