Santé au travailServices généraux, achats et sécurité au travail

Gérer les risques en entreprise : quels sont le rôle et les missions du SST ?

Le SST

Bien que son rôle soit méconnu, le sauveteur secouriste du travail (SST) joue un rôle essentiel dans la politique de gestion des risques en entreprise ainsi qu’en cas de chute, malaise ou accident sur le lieu de travail. Vous êtes chef d’entreprise, DRH ? Connaissez-vous vos obligations ? Vous êtes salarié et vous avez envie de devenir secouriste dans votre société ? Découvrez dans cet article quelle réglementation s’applique au sauveteur secouriste du travail.

La présence d’un SST est-elle obligatoire dans une entreprise ?

Le Code du travail et plus précisément son article R4224-15 rend obligatoire la présence d’un sauveteur secouriste du travail dans chaque atelier abritant des travaux dangereux et sur chaque chantier de 20 salariés et plus d’une durée minimale de 15 jours, pendant lequel des travaux dangereux sont réalisés. Cette obligation vaut même en présence d’une infirmerie et concerne aussi bien les PME que les grands groupes.

Pour évaluer le nombre de salariés SST nécessaire dans son entreprise, l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) précise que le responsable peut se faire conseiller par le médecin du travail. Cette évaluation se fait alors en tenant compte des effectifs, de la nature des activités et des risques spécifiques qu’elles engendrent, de l’amplitude des horaires de travail, et enfin de la distance séparant les différents sites au sein de l’entreprise.

Vous êtes employeur ? Ne négligez pas cette obligation réglementaire. En effet, lors de la visite de l’inspecteur du travail et notamment en cas d’accident du travail, une vérification de vos obligations en matière de sécurité est effectuée : présence de sauveteurs secouristes du travail mais également calendrier de la formation SST (initiale et de mise à niveau), équipements mis à disposition du personnel (équipements de protection individuelle et matériels de secours), respect des différentes normes.

Quel est le rôle du SST ? Quelles sont ses missions ?

Le sauveteur secouriste du travail joue rôle préventif. Il va ainsi repérer les dangers, alerter l’employeur et sensibiliser ses collègues. Il peut notamment participer à la rédaction ou à la mise à jour du Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP). Le sauveteur en entreprise va également s’assurer que le matériel, comme la trousse de secours, est présent et conforme à la réglementation.

Le secouriste sauveteur du travail doit également être capable d’intervenir en situation d’urgence ou en cas d’accident du travail. Il va alors déclencher l’alerte, apporter les premiers soins en attendant l’arrivée des secours, communiquer des informations précises aux secouristes pour faciliter leur intervention.

Pour mener à bien ses missions, une formation SST est obligatoire. Le formateur SST va mettre le secouriste en situation réelle à l’aide d’un mannequin. Le salarié va ainsi apprendre à mettre un blessé en position de sécurité, savoir réagir face à un saignement ou un étouffement, à utiliser un défibrillateur, pratiquer un massage cardiaque etc. La formation SST comprend également un aspect théorique, afin de donner au salarié des informations sur le cadre juridique de son intervention.

Quelles sont les qualités indispensables pour mener à bien ses missions ?

Vous avez envie de devenir SST mais hésitez car vous n’avez aucune connaissance médicale. Un de vos salariés souhaite exercer cette fonction mais n’a pas passé de brevet de secourisme dans le civil. Ce manque de connaissance et d’expérience ne constitue pas un frein. En effet, aucun prérequis n’est nécessaire pour s’investir dans le rôle de SST.
En revanche, l’aspirant secouriste doit porter un intérêt aux gestes de premier secours et à la prévention des risques professionnels. De plus, des qualités humaines aussi appelées soft skills par les managers sont préconisées. Ainsi, savoir garder son sang-froid est une qualité appréciée chez une personne chargée de donner les premiers secours. Quant à la diplomatie et la pédagogie, elles aident à faire passer les messages de prévention.

De plus, le salarié volontaire doit avoir envie de se former, car il va devoir suivre une formation initiale de 14 heures minimum dispensée par un formateur SST. Tous les 2 ans, une formation de 7 heures va lui permettre d’actualiser ses connaissances. A l’issue de la formation prise en charge par l’employeur, une attestation est remise au stagiaire. Cette attestation est équivalente à la « Prévention et secours civique de niveau 1 » (PSC1) du ministère de l’Intérieur.

Quels sont les enjeux liés à la présence du sauveteur secouriste du travail ?

Le sauveteur secouriste du travail dans l’entreprise joue un rôle primordial. D’ailleurs, l’INRS conseille d’aller au-delà des obligations du Code du travail et d’avoir dans chaque entreprise du personnel ayant suivi une formation SST.

Le personnel ainsi formé va contribuer à réduire les accidents du travail et les maladies professionnelles. L’employeur va ainsi éviter de devoir payer des pénalités, notamment au titre de la faute inexcusable, et de voir sa prime d’assurance responsabilité civile professionnelle s’envoler. L’employeur va également améliorer son image de marque et réduire l’absentéisme.

La présence de salariés sauveteurs secouristes du travail fait donc partie de la politique RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise) et de la politique de prévention des risques.

Laisser un commentaire