Situations de changements : comment prévenir les souffrances psychiques

  • Partager via facebook
  • Partager via Twitter
  • Partager via LinkedIn

Interview de Simone Cottin, Psychologue clinicienne, psychopathologue du travail et psychanalyste.


Elle anime la formation Prévenir les dommages psychiques liés aux changements.

En quoi un changement en entreprise peut-il engendrer des dommages psychiques chez les salariés ? Quels peuvent-ils être ?

Le changement n'est pas pathogène en lui-même. L'être humain a des ressources et des défenses pour conserver un bon équilibre psychosomatique. C'est la façon de procéder pour changer, appliquer ou faire appliquer les changements qui va engendrer des dommages psychiques chez les salariés.

Les dommages psychiques se traduisent par des modifications dans le caractère et le comportement qui révèlent une situation de souffrance dans la réalisation de leur activité professionnelle.

Les modes relationnels traduisent la qualité des solidarités, ou de la solitude, ou de la peur qui dominent l'ambiance de travail.

Quels sont les indicateurs à surveiller ? A quoi faut-il être particulièrement vigilant ?

L'absentéisme, les arrêts maladie, les demandes de rencontre du médecin du travail sont des indicateurs majeurs de dommages psychiques au travail.
Il faut faire attention aux amplitudes de travail, aux coupures pour les temps de repas, les temps de repos, les situations d'isolement, etc.

Quelles actions mettre en place pour prévenir les souffrances liées aux changements ?

Il faut rester attentif aux codes et modes communicationnels utilisés dans l'entreprise. Par exemple, veiller à ce que les gens se parlent sur un ton correct, et que le contenu du message ne soit pas agressif.

Il peut aussi être bénéfique de mettre en place des temps de discussion sur la question du travail, de son organisation et de ses conditions de réalisation, par exemple :

  • des réunions structurantes avec un ordre du jour et un temps limité afin qu'elles soient constructives pour tous, dans la confiance et le respect.
  • des temps de discussions institutionnalisés entre pairs (et pas seulement devant la machine à café ou à la pause cigarette) qui permettent la discussion et l'échange sur le travail, les métiers, les objectifs, etc.



22/10/2013

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les articles du Mag des compétences