Les futurs contours de la formation professionnelle : focus réforme

Les futurs contours de la formation professionnelle : focus réforme

le

C’était l’une des promesses de campagne du candidat Macron. Le processus de réforme de la formation professionnelle est désormais engagé avec le début des concertations. L’occasion de voir se dessiner les premières orientations souhaitées par le gouvernement.

Après la réforme du Code du travail, c’est au tour de la formation professionnelle d’arriver sur le terrain des négociations. La promesse de campagne des Présidentielles devient ainsi une réalité. L’objectif est clairement édicté : ouvrir son accès au plus grand nombre pour en faire un élément clé dans la lutte contre le chômage. Cela passe par la simplification d’un système jugé beaucoup trop complexe par l’exécutif et par beaucoup de professionnels.

Les premières orientations ont déjà été transmises il y a quelques jours par le gouvernement aux partenaires sociaux. En voici quelques-unes :

  • L’une des premières volontés serait de définir pour chaque public un organisme responsable, en charge de l’enveloppe financière dédiée.

  • Les branches professionnelles pourraient se voir confier la gestion de l’apprentissage en plus des contrats de professionnalisation, regroupant ainsi toute la formation en alternance. Les Régions seraient quant à elles, chargées de mettre en œuvre la formation des chômeurs, tandis que la formation des salariées resterait de la responsabilité des employeurs ou continuerait de faire l’objet d’un mécanisme de mutualisation pour les toutes petites entreprises, comme à ce jour.

  • Le compte personnel de formation (CPF) demeurerait mais son rôle serait renforcé et il pourrait englober le congé individuel de formation (CIF).

  • En parallèle, un important travail de simplification des process de certifications des formations serait effectué afin d’améliorer l’accessibilité de la formation par l’utilisation des heures de CPF.

  • Au-delà de la réforme annoncée, c’est surtout un nouveau financement qui devrait en découler. En effet, l’État envisage d’investir près de 14 milliards d’euros dans la formation des personnes les moins qualifiées tout au long du quinquennat.


Estelle GUITTON

Newsletter

Restez informé de l’actualité de votre secteur en choisissant parmi nos newsletters thématiques.