Pourquoi l’ingénierie ne peut se passer du management ?

Pourquoi l’ingénierie ne peut se passer du management ?

le

Interview de Fabrice Mézières, consultant en organisation et en relations humaines

Pensez-vous que les ingénieurs sont moins formés au management que des professionnels issus d’autres cursus ?

Les formations d'ingénieurs sont à mes yeux de plus en plus complètes et abordent souvent des dimensions de management. Cependant, les ingénieurs ont avant tout été sélectionnés sur leurs compétences techniques, aussi diverses soient-elles - des mathématiques statistiques à l'optimisation des processus opérationnels en passant par l'innovation numérique. Leurs premières expériences professionnelles leur permettent de développer une expertise pointue et ils sont souvent reconnus pour cela, avant d'accéder à des responsabilités d'encadrement.

Quelles sont d’après vous les principales erreurs que peuvent commettre des managers de formation technique ?

Une première erreur consiste à croire que le manager doit tout savoir. Le manager est avant tout un facilitateur, dont le rôle consiste à piloter une activité et à animer une équipe, dans l'atteinte d'objectifs communs. Pour cela, le manager a besoin de déléguer et d'accompagner le développement de ses collaborateurs, en s'adaptant à l'autonomie de chacun. Le manager expert peut ainsi progressivement devenir manager coach.
Une autre erreur consiste à minimiser l'importance de l'humain et de la communication. Bonne nouvelle ! La communication est une science, et à ce titre, elle s'apprend : question de "savoir-être", plus que de savoir" ou "savoir-faire"

En quoi les techniques de management deviennent-elles un réel enjeu en 2017 ?

Le monde change, de plus en plus vite, et les entreprises ont besoin de capitaines, pour garder le cap quelles que soient les intempéries. Les collaborateurs - toutes générations confondues - sont plus que jamais en quête de sens, une quête liée aussi à un besoin de pragmatisme et de réalisme, en intégrant l'humain sans langue de bois. Les ingénieurs sont des ressources clés pour répondre à cet enjeu.

Auriez-vous quelques conseils pour mieux prévenir et gérer les conflits au sein d’une équipe de travail ?

Un premier conseil : penser à définir des règles du jeu, un cadre, qui permet au collectif de bien "vivre et travailler ensemble" : la co-construction au cours d'un atelier peut contribuer à développer la cohésion de l'équipe. Ce cadre permettra à chacun d'exprimer ses besoins et au manager de rappeler ce qui est négociable et ce qui ne l'est pas.
Autre conseil : pratiquer le feed-back, en privilégiant les faits et en s'autorisant à valoriser les succès, sans nécessairement chercher de points d'amélioration - ils auront d'autant plus d'impact le moment venu. Demander régulièrement du feed-back aux collaborateur peut aussi contribuer à construire la confiance.

Newsletter

Restez informé de l’actualité de votre secteur en choisissant parmi nos newsletters thématiques.