Autorisation d’Intervention à Proximité des Réseaux (AIPR) : quelles nouvelles obligations pour l’entreprise ?

Autorisation d’Intervention à Proximité des Réseaux (AIPR) : quelles nouvelles obligations pour l’entreprise ?

le

L’obligation de compétences pour les salariés intervenant à proximité des réseaux enterrés et aériens entre en vigueur au 1 er janvier 2018, suite à la réforme de la loi anti-endommagement. Les personnels, notamment les opérateurs, devront disposer d’une « Autorisation d’Intervention à Proximité des Réseaux ». Ouvriers en travaux publics, conducteurs d’engins… quelle est la portée de l’AIPR sur les techniques de travail des opérateurs ?

Benjamin DEVOUCOUX, manager en prévention des risques chez CERFOS et animateur de la formation, répond à nos questions.

Suite à la réforme anti-endommagement, quelles sont les nouvelles obligations des entreprises à compter du 1er janvier 2018 ?

La réforme anti-endommagement, mise en place depuis 2012 avec la réglementation « Construire sans détruire », a pour but de protéger l’ensemble des réseaux français et de renforcer les compétences des opérateurs réalisant des travaux à proximité de réseaux enterrés et aériens. Sont concernés également, les encadrants et les concepteurs qui interviennent lors de la phase de préparation des travaux.

L’AIPR permet aux entreprises d’être en conformité face à ces nouvelles obligations. Elle est notamment délivrée suite à l’obtention d’un CACES en cours de validité pour les conducteurs d’engins de travaux publics : pelles, grues, nacelles, chariots élévateurs…

Selon vous, quel est l’impact de l’AIPR sur les méthodes de travail des salariés ?

L’un des grands objectifs de la réforme anti-endommagement est d’adapter les techniques de travail selon l’endroit du chantier, plus particulièrement lorsque les salariés réalisent des trous dans le sol. L’ensemble des exécutants de chantier est ainsi amené à s’interroger sur l’emplacement de chaque réseau sur la zone de travaux, et d’identifier à partir de quel moment les techniques douces (camion aspirateur, outils manuels, pioche à air…) doivent être misent en place, afin de sécuriser toute intervention à proximité des réseaux et éviter tout risque.

A travers l’AIPR, les exécutants de chantier jouent aussi un rôle d’alerte lorsqu’une situation potentiellement dangereuse se présente: découverte d’un nouveau réseau, traversée de mur, écart de position…

Comment abordez-vous la formation « AIPR » d’un point de vue pédagogique ? En quoi consistent les pratiques et mises en situation abordées ?

D’un point de vue pédagogique, l’objectif de la formation AIPR est de sensibiliser et former les participants à la nouvelle réglementation « Construire sans détruire » en leur démontrant son utilité à l’aide de cas pratiques comme les procédures de rédaction des DT (Déclaration de projet Travaux) et des DICT (Déclaration d’Intention de Commencement de Travaux). Pour ce faire, des tests d’entrainements sous forme de QCM avec des corrections détaillées et personnalisées pour chaque stagiaire sont proposés, afin de prendre en main la tablette numérique et réussir le test final.

Benjamin DEVOUCOUX

Newsletter

Restez informé de l’actualité de votre secteur en choisissant parmi nos newsletters thématiques.